6. la trinité dans l’homme

  La constitution occulte de l’Homme en tant que Esprit-Ame-Personnalité.

  

            La trinité « une », JE SUIS – trois en un et un en trois, se traduit pour notre système solaire, comme nous l’a dit un humble narrateur, par Civa-Vishnou-Brahma, qui représentent les trois maîtres des trois énergies que sont la volonté (Civa), l’amour (Vishnou) et l’intelligence (Brahma) quand on divise l’énergie-lumière en ses trois rayons majeurs.

            Pour notre système solaire, DK nous a parlé du père, du fils et du saint-esprit, et ils sont ces trois que l’on appelle aussi Allah (le père), le Christ (le fils) et le Mahachohan (esprit-saint) ou par bien d’autres noms selon leurs attributs ou fonctions.

            Et dans l’homme, HPB nous parle de l’esprit, de l’âme et de la personnalité, qui ne sont rien autre que ces mêmes trois en un et un en trois s’exprimant sur un autre plan de conscience.

 

            C’est la multitude des termes employés qui perd bien souvent les lecteurs, bien plus que la complexité des textes elle-même, termes qui sont toujours plus ou moins synonymes, quelquefois plus et quelquefois moins, il faut le comprendre et le reconnaître aussi, par exemple, et voilà un bon tuyau: quand on lit les textes de Helena Petrovna Blavatsky (HPB), il faut savoir qu’elle s’exprime en termes de esprit-âme-personnalité dans la relation suivante: l’âme est le véhicule de l’esprit et la personnalité est le véhicule de l’âme et la vie les contient tous les trois, et quand on lit les textes de Alice Ann Bailey(AAB), il faut savoir qu’elle s’exprime avec DK en termes de vie-qualité-apparence dans la relation suivante: l’apparence est la description du monde de la personnalité extérieure à l’âme et la qualité est la qualité de l’âme qui s’exprime à travers la personnalité, mais la vie pour AAB est à la fois l’esprit et la vie de HPB que HPB étudiait distinctement comme on le fait en théosophie, ce que l’on ne peut pas faire avec AAB qui étudie la psychologie, comme on  s’intéresse aux qualités de l’âme, sans pouvoir faire encore la différence entre ce qui est du domaine de la vie et ce qui est du domaine de l’esprit, ou peut-être même bien sans pouvoir comprendre clairement tout simplement la différence qui existe entre l’esprit et l’âme… ce à quoi ces lectures nous initient justement.

            Un autre exemple est celui qui nous est proposé par Jésus quand il dit:  » moi et mon père sommes un! « , où, là, le mot père est utilisé à la place de esprit ou  » présence « , signifiant que Jésus a unifié la vibration de sa personnalité et celle de son esprit (voir s’il ne faut pas mettre âme ici plutôt que esprit!), manifestant ainsi son caractère christique et le préparant à l’ascension dans la lumière. Les deux vibrations étant devenues une seule vibration, celle-ci n’a aucun mal à s’unir avec la vibration du ay am qui est le père manifesté sur un plan plus élevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

version 2003