involution – évolution

S’il y en a qui ont suivi ce qui a été dit jusque là, ils savent déjà ce que je vais souligner maintenant, à savoir que l’évolution est triple…
Il y a dans le Traité sur le Feu Cosmique à la page 81 de la version française un tableau où sont reproduits les sept plans de la manifestation, chacun des plans étant divisés en sept sous-plans, les plans et les sous-plans étant nommés comme dans une des énumérations précédentes. Au dessus de ce tableau figure un triangle qui contient trois cercles: le cercle supérieur contient en son centre un point, le second est coupé en deux par un diamètre horizontal et le dernier est marqué d’une croix, c’est ainsi qu’on représente en général le troisième logos avant qu’il ne prenne le rôle du père qu’on représente alors par une croix simple, non entourée du cercle, signifiant que la chute du non manifesté vers le manifesté est consommée.
Du dernier cercle marqué d’une croix part une flèche qui descend verticalement jusqu’au bas du schéma, jusqu’au dernier sous-plan du dernier plan, et cette flèche est notée: ‘1ère vague de vie, évolution de la matière’.
Du cercle médian marqué d’un diamètre part une autre flèche qui descend en ovale vers la gauche jusqu’en bas et qui remonte ensuite, en ovale de l’autre côté de la première flèche, jusqu’à la jonction entre les trois sous-plans supérieurs et les quatre sous-plans inférieurs du plan mental, cette flèche est notée: ‘2ème vague de vie, évolution de la forme’.
Du cercle supérieur marqué d’un point part une autre flèche encore, qui descend en ovale pour aller à la rencontre de la deuxième flèche, du côté où elle remonte vers le plan mental, mais elle ne la rejoint point, s’arrêtant au niveau de la jonction entre le plan mental et le plan bouddhique, laissant ainsi un espace vide représenté par les trois sous-plans supérieurs du plan mental, et cette flèche est notée: ‘3ème vague de vie: émanation de l’esprit’; notez que cette flèche est notée ‘émanation’ tandis que les deux premières étaient notées ‘évolution’, l’explication de cette anomalie ayant été donnée précédemment, nous n’y reviendrons pas. Ce qui nous intéresse ici, c’est: qu’est-ce qui peut-il bien se passer sur les trois plans supérieurs du plan mental ?
Nous supposerons que la vague de vie qui émane du second logos est triple, puis septuple… chacune d’elle se divise ensuite, et il y a en fin de compte des vagues, des vaguelines et des vaguelettes, toutes composées d’innombrables points de lumière, qui déferlent dans les vagues de la substance, elles-mêmes composées des innombrables points de chaleur qui forment les innombrables plans de la matière. Cette lumière de vie de la seconde vague est qualifiée de l’amour et sa qualité première est le magnétisme: elle attire à elle la matière, et les vagues de lumière modèlent cette matière pour lui donner une forme. Naissent des milliards et des milliards de formes, qu’on peut résumer dans les six vagues primordiales issues de la vague une qui est la septième, et qui constituent ce que DK a montré comme étant une vague descendante qui traverse les plans successifs en se chargeant de matière intelligente.
La vague qui remonte de l’autre côté du schéma est séparée de l’émanation de l’esprit qui descend la rejoindre sur buddhi. Avec elle, elle constitue six autres vagues qui font douze avec les précédentes, que l’on peut assimiler aux douze hiérarchies créatrices par exemple, le mot hiérarchie étant utilisé dans son sens premier de légions d’anges (un hiérarque est un ange), la vague humaine étant habituellement numérotée 4 dans un sens et 9 dans l’autre sens. Quand elles descendent on parle de l’involution, de l’esprit dans la matière, d’autres l’ont appelée la chute, il s’agit de l’évolution des dévas et des êtres des éléments, depuis les archanges jusqu’aux vies élémentales; ces vagues célestes, en s’entourant de matière de plus en plus dense, finissent par apparaître dans le monde manifesté (en restant pourtant invisibles à la plupart des yeux humains). Quand elles remontent, on parle d’évolution de la forme, ou de la conscience, qui est une libération de la lumière, libérée quand l’électron s’éloigne du noyau comme elle avait été capturée quand l’électron s’en était rapproché. Il s’agit de l’évolution dans les différents règnes: minéral, végétal, animal, puis le règne humain, le règne des âmes que sont les maîtres, et des élohim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

version 2003