les races

Les races:
On considère en général que les deux premières races humaines, dans cette ronde, ne se sont pas manifestées physiquement, étant comme les prototypes éthériques en préparation de toutes les races suivantes, la première race manifestée a donc été la troisième, la race lémurienne, qui a développé une conscience du corps physique, élevant les énergies spirituelles du centre inférieur dit sexuel ou sacré qui développe l’instinct de survie et la reproduction, jusqu’au centre de la gorge qui développe la même tendance à la créativité dans le domaine spirituel; on développait à ce stade les enseignements du hatha yoga, les postures avaient une grande importance, et les maîtres de lumière qui n’étaient pas incarnés ont tendu la main à cette époque à ceux qui y parvenaient, et ont permis ainsi à la vague suivante d’apparaître et de développer un corps plus évolué, où le travail spirituel consistait à élever les énergies du plexus solaire dites émotionnelles jusqu’au centre du pur sentiment amoureux et dévotionnel, le coeur; on développait les enseignements du bakti yoga, de l’idéalisme et de la dévotion, et les maîtres qui se tenaient de l’autre côté du voile tendaient la main à ceux qui devenaient ainsi ce que l’on appelle aujourd’hui des mystiques, ce fut l’expérience de la quatrième race atlantéenne; la vague suivante fut la race aryenne, qui a dû développer sur le corps émotionnel envahissant des atlantes un corps mental adéquat pouvant faire circuler les énergies du mental analytique depuis le centre ajna au milieu du front jusqu’au centre coronal au sommet de la tête, ce qui permet de contacter les plans dits supérieurs, de l’âme puis de l’esprit; cette race a développé les enseignements du raja yoga, le yoga royal du mental, qui ont été donnés il y a cinq mille ans par le Seigneur Patanjali, celui-là même qui revient aujourd’hui comme l’avatar de la paix sous le nom de Azembor ou Patanjali.
La vague suivante est la sixième race qui arrive maintenant et qui doit développer les enseignement du yoga du feu (la lumière de l’intuition), l’agni-yoga, transmis en premier lieu par le maître Morya qui est un des manus de cette race qui doit profiter du travail effectué par la race aryenne sur le plan mental pour le dépasser et travailler directement à partir de l’intuition sur le plan bouddhique. Si cela est, cela signifie que l’anthakarana de l’humanité est construit jusqu’à ce plan, même si, individuellement, certains individus ne l’ont pas encore réalisé pour eux-mêmes. Je n’ai trouvé qu’une seule fois le nom de cette sixième race cité en plénitude dans un livre, c’était dans un des livres de Sorya.
La septième race est également en train de se manifester, si on en croit les textes de Leïla Chellabi, le travail effectué par les avatars et le christ de groupe ayant été si puissant que les deux avènements ont pu être conjoints.
On trouve, justement, dans un des livres de Leïla Chellabi (les Groupes en Incarnation, les Maîtres et Shamballa), un schéma explicatif de la place occupée par tous ces groupes dans la hiérarchie planétaire: le groupe des âmes réalisées, les maîtres de la sagesse constitue le centre du coeur, Shamballa est la tête pensante de la Terre, et entre les deux se trouve un groupe, encore indistinct pour nous, qui constitue le centre de la gorge; l’humanité, elle, contrairement à ce que disent d’autres auteurs, ne constitue que le centre du nombril, le centre du plexus solaire étant constitué par les éléments de l’humanité qui peuvent entrer en contact MENTALEMENT avec la hiérarchie des maîtres, et qu’on appelle les étudiants ou disciples, les initiés et les adeptes; les règnes végétal et animal constituent, eux, deux centres parallèles de chaque côté du corps de la Terre ainsi dessiné, au niveau de « l’aine ».

Dans le processus évolutif auquel on se réfère ici, il convient de considérer que le corps de l’humanité, celle-ci représentant le quatrième règne de la nature, donc celui du milieu, devra aussi un jour occuper le poste médian dans cette structure, c’est à dire le coeur. Les maîtres de la sagesse, étant le cinquième règne, occuperont alors le centre de la gorge et Shamballah la tête, le centre coronal étant magnifié par le veilleur silencieux de notre planète. En attendant que tout ce petit monde évolue et réalise la complexité du plan divin pour la Terre, on peut redire la phrase qui a été la motivation de cette longue explication:  » sans doute ce sixième règne assez complexe à envisager aujourd’hui est-il un ensemble de ces deux groupes et des entités spirituelles qui ne se sont pas encore incarnées… « . Les entités qui ne se sont pas encore incarnées tendent maintenant la main à ceux de la cinquième race qui ont ouvert leur centre coronal, puis à ceux de la sixième qui ouvrent ou ouvriront un centre au niveau de l’âme, etc…
C’est ce qu’on appelle le jeu de la courte échelle, car l’échelle est la patience des philosophes et l’humilité la porte de leur jardin, et s’il n’y avait pas cette échelle qu’on décrit comme une structure hiérarchique, ce ne serait même pas la peine de croire qu’il y a une évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

version 2003