penser méditer servir

Conclusion.
La conclusion que je propose ici est plus qu’une simple conclusion de ce chapitre sur la méditation, elle concerne tout le travail de construction du pont de lumière que nous avons appelé antakarana (et que vous trouverez peut-être appelé autrement ailleurs).
Dans ce travail pour accéder au monde de la lumière sans forme, trois groupes de mots reviennent très souvent et je voudrais les faire apparaître encore une fois, il s’agit
de l’activité de la personnalité qui doit se sublimer dans le service,
de l’activité du mental qui doit se sublimer dans le discernement et l’analyse (et ensuite dans la canalisation de la lumière),
et de l’activité de l’âme qui est la méditation.
Ces trois activités sont comme un triangle d’énergies qui vont finalement fusionner au fur et à mesure que le contact avec l’esprit est engagé, pour qu’un nouveau travail de repolarisation/polarisation soit effectué, et qu’on pourra très bien évoquer dès que la personnalité se trouve en présence de la charte.
Je ne ferai ici que donner une indication supplémentaire: tout comme la méditation pouvait avoir des effets négatifs si elle était pratiquée par un étudiant qui n’avait pas développé les capacités mentales suffisantes, quand la personnalité se trouve face à cette triplicité d’énergies, le désastre se produit si l’étudiant qui développe les capacités mentales ne pratique pas en même temps la méditation et/ou le service. On pourrait dire autrement que tant que la méditation n’intervient pas dans la vie personnelle comme quelque chose de naturel, il est inutile de courir après, mais dès qu’elle commence à s’imposer, il est également vain de la repousser. A ce moment-là, service-discernement-méditation sont comme les trois aspects d’une même activité ou comme les trois pieds d’un tabouret: quelque soit celui que l’on saisit, si on attrape un tabouret par un pied, tout le tabouret vient avec lui, et c’est de la même façon qu’on met tantôt l’accent sur un des pieds plutôt que sur les deux autres jusqu’à ce que l’équilibre entre les trois activités soit établi, car on n’a jamais vu personne attraper un tabouret par les trois pieds en même temps…
Mais, ayant attrapé le tabouret par un des pieds, et ayant décidé de s’asseoir, on ne sait pas exactement pour quelles mystérieuses raisons, certaines personnes décident tout à coup de scier un des pieds du tabouret, et même quelquefois deux. Ces personnes ont toujours eu, toujours ont, et auront toujours des problèmes… et tout le monde rigole quand elles se cassent la gueule… C’est que, l’humanité ayant depuis longtemps été sur le quatrième rayon de l’harmonie par le conflit, il a bien fallu quelquefois trouver des moyens pour dédramatiser…
Que dire des personnes qui scient les trois pieds et qui jettent en même temps le service, la méditation et le mental par la fenêtre, sans doute sont-elles moins déséquilibrées que les précédentes, mais sont-elle aussi simplement redescendues d’un cran, et retournées d’où elles étaient venues…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

version 2003