16. la concentration

L’importance de la concentration.

 

Ce qui a pu nous faire penser qu’il y a bien trois formes de méditation, c’est un passage du Traité des Rayons qui concerne l’astrologie, le voici.

« … il est nécessaire de se rappeler que, sur le sentier de l’initiation, tout le processus d’entraînement est orienté vers le développement de la volonté, et ceci est possible parce que, derrière le développement de l’amour, se trouve la révélation de la volonté. Il est enseigné à juste titre que le but immédiat de l’homme est un développement, dans sa pleine expression, de la qualité de l’amour. Ceci commence à se réaliser et atteint un degré relativement élevé dans le stade du développement propre au sentier du disciple. Le détail de ce processus pourrait être décrit, dans un sens très général, comme suit:

1. Sentier de l’évolution et de probation,
développement de l’intellect et de la perception sensorielle,
réponse au centre appelé humanité,
le mental assure la direction, la personnalité fonctionne.
2. Sentier du disciple,
développement de la nature de l’amour,
réalisation de l’illumination,
réponse au centre appelé hiérarchie,
bouddhi ou l’intuition domine, l’âme fonctionne.
3. Sentier de l’initiation,
développement de la volonté,
réalisation de la synthèse,
réponse au centre appelé shamballa,
l’objectif dynamique est maîtrisé, la volonté-de-bien, la monade fonctionne.

Ce sujet vous est maintenant familier à tous, mais quand on s’efforce d’arriver à une vision d’ensemble, la répétition est nécessaire. Nous examinerons maintenant la troisième phase du processus de l’évolution sur le sentier de l’initiation dans laquelle on entre (en ce qui concerne l’humanité), qui commence à la 3° initiation et qui est consommée à la septième, initiation atteinte beaucoup plus facilement par les personnes du premier rayon que par les autres. Pour autant que vous puissiez le saisir actuellement, ceci se rapporte principalement à la volonté créatrice lorsqu’elle
1. initie la manifestation, et conditionne ce qui est créé,
2. conduit à la réalisation,
3. surmonte la mort ou la différenciation.

Tous les initiés doivent exprimer ou expriment tôt ou tard une volonté dynamique, créatrice, un objectif bien déterminé exprimant uniquement la volonté-de-bien et aussi l’effort soutenu qui permet l’accomplissement. Je voudrais vous rappeler ici que l’effort soutenu est la semence de la synthèse, la cause de la réalisation et ce qui finalement surmonte la mort. La mort est en réalité une détérioration dans le temps et l’espace, et elle est due à la tendance de la matière-esprit à s’isoler pendant la manifestation (et cela du point de vue de la conscience).
Cet effort soutenu du Logos est ce qui tient toutes les formes en manifestation, et préserve même l’aspect vie en tant que facteur intégrant dans la construction de la forme, et – ce qui est également un acte de volonté qui soutient toute chose – il peut abstraire et retirer la conscience de vie intacte à la fin d’un cycle de manifestation.
Mort et limitation sont des termes synonymes. Quand la conscience est concentrée dans la forme et complètement identifiée au principe de limitation, elle considère l’affranchissement de la vie de la forme comme la mort. Mais, tandis que l’évolution se poursuit, la conscience se déplace de plus en plus vers la reconnaissance de ce qui n’est pas la forme, et vers le domaine du transcendant, ou le monde de l’abstrait, c’est à dire dans ce qui a dépassé la forme et qui a son centre en lui-même.
Remarquons en passant que ceci est une définition de la méditation considérée comme but et achèvement.

Un homme peut vraiment méditer quand il commence à utiliser le mental en tant que réflexion de l’aspect volonté, et à l’employer sous ses trois aspects:
l’initiant au monde des âmes,
conditionnant sa vie personnelle,
et permettant finalement la pleine réalisation du but de l’âme.
Ceci conduit au complet triomphe sur la mort.
Je réduis tout ce concept en termes de microcosme, bien qu’il soit évident pour chacun que seul le disciple consacré, se préparant pour l’initiation, peut commencer à saisir quelques unes des données impliquées.

Peut-être pourrais-je mieux résumer la note-clé du Premier Rayon de volonté et de puissance, tel qu’il s’exprime comme but dynamique sur la Terre et en rapport avec l’être humain, en citant ou en paraphrasant l’Ancien Commentaire:
 » L’Un Transcendant, la Vie, le Tout Entier, le Tout, entra en communion avec lui-même et, par cet acte, devint un centre de vie rayonnant et de puissance concentrée. Je suis et Je ne suis pas. Plus Grand que Ceci est Cela, plus petit que Cela est Ceci. Mais Cela doit montrer à Ceci la nature du Tout, et en montrant cela prouver lui-même à Lui-même. Je suis le commencement. Je suis le Sentier intérieur et extérieur, retournant au point de concentration et, de ce point, je me tourne de nouveau vers Moi-même, portant dans mon coeur d’amour ce que Moi, l’Un, ai servi et ce pourquoi je me sacrifie. « 

Dans le processus de sacrifice, ce qui soutient le Tout, le noyau intérieur de toute vie, et le principe d’intégration, réalise en lui-même les étapes de conscience suivantes:
1. Il se connaît Soi-même comme la volonté TRANSCENDANTE, la volonté qui perçoit le processus tout entier du point d’initiation, mais qui se limite lui-même à l’expression graduelle de cette volonté, à cause des limitations de ces aspects de lui-même dont la conscience n’est pas celle du Tout. Ce qui initie voit la fin dès le début, et s’efforce vers le but par étapes progressives, non pour lui-même, mais pour les aspects qui sont encore limités, inconscients, aveugles, et qui ne raisonnent pas.
2. Il se connaît Soi-même comme la volonté de TRANSMISSION, œuvrant à partir du point de synthèse, transformant les énergies distribuées en accord avec le plan créateur de l’évolution. Ainsi la Vie de notre planète est-elle transmise en trois étapes majeures, particulièrement sous l’angle de la conscience, cette ligne de transmission passe par Shamballa, la Hiérarchie et l’Humanité. De là la Vie transmettrice procède vers tous les autres règnes de la nature. Chaque grand centre est par conséquent un agent de transmission. La quatrième hiérarchie créatrice, le règne humain, est l’agent par lequel les énergies de Shamballa et de la Hiérarchie seront centralisées à un moment donné pour la rédemption de la vie de tous les règnes subhumains. Ceci ne pourra intervenir que lorsque l’Humanité pourra travailler avec la volonté concentrée, engendrée par la vie de Shamballa, stimulée par la Hiérarchie, et exprimée par l’intellect que l’Humanité elle-même a développé – tout cela employé dynamiquement et consciemment sous la pression de ce qui est plus élevé et plus grand que Shamballa même.
3. Il se connaît Soi-même comme la volonté qui TRANSFORME, ou le processus soutenu et appliqué qui apporte les changements et les mutations nécessaires par l’action de l’aiguillon constant de la volonté-de-bien. Cependant, en même temps, il n’est identifié d’aucune manière à ce processus. Ces mutations, qui sont à l’origine de l’Un devenant le Multiple, et plus tard, dans le temps et dans l’espace, du Multiple redevenant l’Un, sont réalisées à partir d’un centre de volonté dynamique, le Point dans le Centre, qui est à l’origine du changement, et cependant ne change pas, mais demeure toujours immuablement soumis à son propre but inhérent.
Quand le disciple ou l’initié peut lui aussi rester au centre pareillement à la volonté qui transforme, il peut alors provoquer les changements nécessaires dans la nature de la forme, sans s’identifier à elle, ou sans être lui-même affecté par les changements. Ce qui suit peut servir à rendre plus clair ce que je veux dire.
4. Il se connaît Soi-même comme la volonté qui TRANSFIGURE. Cette transfiguration est la réalisation du but et l’expression ultime de la synthèse réalisée, grâce au soutien de la volonté-de-bien qui émane de la volonté transcendante, transmettrice et transformatrice.

Les étudiants feraient bien de détourner leurs yeux du but de la transfiguration (atteint à la 3° initiation), et d’accorder plus d’attention à reconnaître en eux ce qui « ayant créé leur petit univers avec un fragment de lui-même DEMEURE ». Ils auront alors ancré leur conscience dans le centre de la puissance transcendante et assuré le libre influx de la volonté-de-réaliser. De ce point élevé dans la conscience (d’abord atteint par l’imagination et ensuite réalisé dans la pratique), ils constateront qu’il est utile de travailler au processus de transmission de la volonté-de-bien de l’Un Transcendant. Ils devraient ensuite passer au stade de la transformation au cours duquel ils visualiseraient et s’attendraient à voir s’opérer la transformation nécessaire dans leur vie. Alors, dans la même attente, ils devraient avoir foi dans la transfiguration de ces vies alignées à la volonté de l’Un Transcendant, avoir foi aussi dans l’activité de l’Un Transmetteur, et dans l’activité de l’Un Transformant, qui ne sont tous que l’Un, la Monade, le Soi. Tout ceci est accompli par l’usage de la volonté qui conditionne, qui achève et surmonte. «  » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

version 2003